Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 00:00

La cacahuète craquante

 

Bonjour, je m’appelle Claudette. Je suis une cacahuète. Ils me trouvent tous craquante. En me dégustant, les humains se régalent. En général, dès que je fais une apparition sur la table, j’ai du succès. Les gens raffolent de moi. Que voulez-vous, je suis irrésistible.  Je suis comme ça…c’est moi ! Lorsque je déambule dans ma robe dorée, ils sont tous autour de moi…. . Il m’arrive aussi de tester quelques parfums, alors j’aime autant vous dire que je me régale.

 

Claudette la cacahuète craquante adore se faire voir. Elle dandine son petit train arrière, mine de rien oubliant le reste.

Un peu de charme soi- dit en passant, ne fait de mal à personne. Jusqu’à ce que l’un d’entre eux finisse  par craquer sur elle, et s’en empare en guise d’encas.

- Hum… c’est délicieux ! Et ça croque sous la dent… rétorque l’un de ces messieurs.

 

Tout le monde adore  Claudette la cacahuète craquante.

La pauvre madame Cacahuète, à force de vouloir jouer la  petite pin ope, à eut un mauvais sort.

 

Histoire écrite par Sophie Rabussier

Tous droits réservés

2013

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'enfant
commenter cet article
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 00:00

Léon le melon capricieux

 

Bonjour, je suis Léon le petit melon. Je suis malin parfois même un peu coquin, je l’avoue. J’aime plaisanter toujours avec un brin d’humour … cela va de soi! .    Il m’arrive même d’être charmeur. Aucunes femmes ne me résistent.

Je dois dire que cela fait partie de mes points forts.  Parfois même je commence à y prendre gout. Mine de rien, j’observe leurs réactions. Bien entendu, elles n’en peuvent plus.  Il me suffit d’une parole et elles sont toutes à mes pieds. Cela n’est pas fait pour me déplaire, j’avouerais même y prendre gout. Toutefois l’humour et la plaisanterie sont au rendez-vous. Je me présente, elles sont toutes là à chuchoter :

- Bonjour Monsieur Léon, vous prendrez bien un petit café…. Avec un sucre ou sans….

 Je leur réponds :

- N’en faites pas tant Mesdames, je ne suis pas à croquer. Même si je suis irrésistible, je  l’avoue.

Lorsque je leur donne un ordre, j’adore les voir se précipiter toutes à mes pieds.

Alors je suis là devant elles, et je leurs dit

- Mais je vous en prie…et revenez demain !

 

histoire écrite par Sophie Rabussier

tous droits réservés

2014

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'enfant
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 00:00

Carrie a mal aux dents

 

Bonjour, je m’appelle Carrie. Je suis blonde, de taille petite et très gourmande. Il m’est impossible de me freiner sur quelques aliments ou friandises que ce soit.  Mon petit pêché mignon que je raffole le plus ….   sont les friandises. (Chocolat, nougats…)  et quelques autres encore me font craquer.

Chaque fois que je croise l’un d’eux sur mon chemin, il m’est difficile de résister. Il m’arrive d’y parvenir, mais avec  beaucoup de mal je l’avoue.  Cela depuis toute petite…car j‘ai maintenant huit ans et au grand désespoir de ma famille et mes copines, je n’ai toujours pas changé.

 

A l’école Carrie est la même. A la cantine, elle aime tout...elle MANGE de tout.  Surtout les desserts…. 

 

Les amies lui répètent sans relâche. 

 

- Carrie arrête les sucreries, tu en as assez mangé pour aujourd’hui…

 

- Carrie, il est tant d’arrêter. Lorsque tes dents tomberont elles ne repousseront plus.

 

Mais en vain… Carrie n’en fait qu’à sa tête.

 

Soudain, la voilà qui répond :

 

- Mais pourquoi veux-tu que j’ai mal aux dents ?

 

- Car tu auras mangé trop de sucreries. De plus, il est reconnu qu’en en  mangeant de trop, on finit toujours par avoir mal aux dents. Parfois, il arrive même qu’elles tombent toutes seules et ne repoussent plus.

 

Carrie n’en fait qu’à sa tête, et n’en croit rien…

 

(C’est encore un de ces prétextes pour m’empêcher de manger des bonbons). Pense- t-elle. 

 

Que nenni, elle continue à s’en rendre malade.

 

Soudain, Carrie se met à hurler et pleurer….

 

- Ah…..oh là, là, j’ai mal au cœur…. Mes dents me brûlent. Je ne les sens plus.

 

Si les problèmes s’arrêtaient là…. Tout n’irait pas trop mal.

Manque de chance pour elle, ce n’est pas le cas….

 

La fin de la journée arrive, Carrie est soulagée. Elle va pouvoir aller se coucher. (   Dans son lit, rien ne m’arrivera…Pense- t-elle. )

 

Eh bien malheureusement pour elle…. Rien n’est terminé. Carrie dort bien sagement dans son lit. Soudain,  elle se réveille en sursaut.

 

- Au secours ! Pitié… ne me laissez pas comme ça, mon visage me brûle.

 

Sa mâchoire est toute gonflée. C’est à peine si on distingue son visage.

 

Ses parents qui étaient bien installés dans le salon arrivent en catastrophe dans la chambre de  Carrie afin de voir ce qu’elle avait.

 

Surprise… Carrie était dans son lit, méconnaissable. Son visage était gonflé. C’est à peine si on lui voyait les yeux.

Les parents ont un choc.

 

(Qu’est-il donc arrivé à notre fille )

 

Ses petites dents tombent les unes derrière les autres. Carrie a peur… Comment va-t-elle manger… Heureusement pour elle, des aliments sont encore faits pour elle. Elle sera condamnée à  manger de la bouillie, et des aliments. Ce qui n’est pas toujours le régal de Carrie.

Elle en a toutefois tiré une bonne leçon.

 

- Si le dentiste trouve une solution afin que je puisse remanger comme tout le monde, je promets de bien me brosser les dents trois fois par jour. Mais surtout de manger des sucreries avec modération.

 

Histoire écrite par Sophie Rabussier

Tous droits réservés

2012

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'enfant
commenter cet article
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 00:00

C’est reparti….

 

 

 

Dans la cuisine du petit bonhomme en pain d'épices, le  calme est de retour. Les couverts sont  revenus dans le tiroir du buffet, les assiettes et les verres  empilés les uns sur les autres, tout  est  parfait.  Pourtant, tout  parait trop calme. Qu’est-il en train de se préparer……après avoir vu tant de remue ménage, le petit bonhomme en pain d'épices s’attend à tout…. Il entre dans la cuisine, observe dans tous les coins. Il se penche afin de voir sous la table…… RIEN. Il ouvre une porte de placard, personne ne bouge.

 

- Bon………j’ai dû rêvé ! Je dois être fatigué. Je me suis tant  donné , pour recevoir le prince et la princesse Tartausse, que maintenant j’entends des casseroles, et des marmites  remuer. 

 

A peine a-t-il terminé sa phrase, qu’il a droit à un  spectacle à peine croyable. Des marmites volent au-dessus de sa tête.  soudain, l’une d’elles lui frôle la tête…..

 

- Où là, là baisse la tête, ou tu vas avoir un accident. Tu auras une grosse bosse sur le crâne….  

 

Le pauvre bonhomme en pain d'épices n’en peut plus. Il ne sait plus de quel côté se mettre, pour ne pas recevoir un ustensile à travers le visage.   

 

 Ils sont déchaînés, impossible de les calmer.

 

 

Quand soudain, on frappe à la porte de la cuisine :

 

 

- Toc, toc…

- Tiens…je ne n’attends pourtant personne !

- Qui est-ce ?

- Inspection hygiène….

- Zut, la cuisine est dans un tel état,  que mon  restaurant risque de fermer.

 

Les couverts, marmites etc….l’ entendent parler et disent :

 

- Les amis, nous ne pouvons pas laisser faire ça… Il faut réagir.

 

- Je propose qu’on fasse une réunion et qu’on réfléchisse à une solution.

 

A l’unanimité, tout  le monde est d’accord. Les voilà, à la recherche d’une solution. 

 

- Nous allons tous nous mettre à l’ouvrage. Ainsi, la cuisine sera propre, et impeccablement rangée. Monsieur le bonhomme en  pain d'épices sera soulagé et content. De plus, il aura son contrôle sanitaire, dit l’un d’entre eux.

 

C’est parti pour plusieurs heures entre ménage et rangement. L’aspirateur et serpillière battent leur plein. Quelque temps plus tard, c’est au tour du produit vaisselle et de l’éponge de s’agiter sur les poêles et casseroles qui s’ennuyaient un peu dans l’évier.

 

- Oh là, là, ce qu’elles sont sales ! Nous allons avoir du travail…. 

Et c’est reparti pour le nettoyage !

 

Les fourchettes, couteaux, petites cuillères se mettent à frotter avec une telle énergie, que l’une des cocottes  protestent :

 

- Oh est…doucement, s’il vous plaît !

- Ma peau est douce et fragile, je vous prie.

- Oh, allez ! Il n’y a pas de chochotte chez nous !

- Quand on nettoie, on nettoie… on ne fait pas semblant !

- Je veux bien, mais avec du produit vaisselle pour peau douce, s’il vous plait !

- Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour mademoiselle.

 

- C’est le prix à payer pour continuer à faire de la bonne cuisine.

-  Ah, alors…si c’est pour satisfaire mes maîtres… cela change 

Tout.

 

- Aurons- nous le droit de goûter au moins ?

-Eh bien voilà autre chose, les casseroles s’y mettent aussi ! Voilà, qu’elles veulent goûter ma cuisine. 

 

- Si ça peut vous faire plaisir…, n’hésitez pas, j’attends votre avis.

 

La casserole prend une cuillère, la plonge dans la nourriture et goûte :

 

- Hum… C’est drôlement bon ! Je suis très contente !

 

le bonhomme en pain d'épices demande :

 

- Alors, qu’en pensez-vous ?

 

- J’adore !

 

le petit bonhomme en pain d'épices est très heureux de ses commis. Il annonce la nouvelle a tout le monde.

 

- Bon chers amis, je suis très heureux de ce que vous avez fait, c’est pourquoi, j’ai décidé de vous gardez avec moi. 

 

Tous les ustensiles sont heureux, et font de la bonne cuisine  jusqu’à la fin de leur vie.

 

Histoire écrite par Sophie Rabussier

Tous droits réservés

2011

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'enfant
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 00:00

Le petit bonhomme en pain d’épices

 

 

 

 

 

 

Il était une fois, un pays où vivait un petit bonhomme en pain d’épice. En entrant chez lui, une délicieuse odeur de miel chaud nous chatouillait les narines. Sa maison, était constamment remplie de monde. Il n’était jamais seul, il adorait ça.

 

Toutefois, un peu de solitude de temps, ne serait pas fait pour lui déplaire. Il ne pouvait plus créé, ni imaginer de nouvelles fabrications. L’imagination lui manquait.

 

Le petit bonhomme en pain d’épices, avait énormément de volonté et de suite dans les idées. Quand une idée le tenait, il n’abandonnait pas de si tôt. Voyant que rien ne venait pour le moment, il décide d’aller se coucher.

« Bon, eh bien puisque aucune idée ne vient, je vais aller me coucher. Je ne perdrais ainsi pas de temps, et peut-être que demain elles me viendront plus facilement. »

 

Quand tout à coup, alors que le silence régnait dans la maison, un bruit fracassant retenti.

« Tiens, que se passe-t-il ? »

« je vais aller voir »

 

 

A peine arriver, il découvre le spectacle. Des casseroles volaient dans toute la pièce. Il fallait faire très attention pour ne pas en prendre une en pleine face, quand on arrivait.

« Je ne comprends pas, je me souviens les avoir ranger. Je sais que je prends de l’âge, mais pas au point de perdre la mémoire ! »

Le petit bonhomme en pain d’épices voulait comprendre. C’est alors qu’il décide de se cacher, afin de découvrir ce qu’il pouvait se passer pendant son absence.

N’entendant plus aucun bruit, mesdames les casseroles ressortent, heureuses d’être enfin seules. Elles se mettent à danser. La folie battait son plein dans la pièce, quand soudain les couverts qui s’ennuyaient arrivent et se mêlent à la fête.

 

Soudain, entendant tout ce vacarme, monsieur le pain d’épices entre dans la pièce, et dit:

« Eh bien que se passe-t-il ici ? »

« On ne s’entend même plus cuisiner ? »

Tout le monde tremblait, fini la rigolade. Le chef était de retour !

Les couverts retournent dans leur tiroir, et le calme règne de nouveau dans la maison.

 

 

 

Histoire écrite par Sophie Rabussier

Tous droits réservés

2011

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'enfant
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 00:00

Razemotte

 

 

Bonjour les amis, je m’appelle Razemotte, je suis une guêpe, et je viens vous perturber les méninges. Vous aimez votre tranquillité ?. Avec moi, vous la perdez je vous ll'assure. N’importe où que vous soyez, je vous retrouve. Je suis là, et toujours là ! Je deviens le cauchemar de votre vie. Je vous hante nuits et jours. Vous voudriez que je disparaisse, mais impossible, je suis encore et toujours là ! Vous finissez par me détester ! Mais cela ne fait rien, j’aime être là à vous empoisonner la vie. Je vous tourne autour, et cela vous énerve ! Peu importe, moi j’aime cela et ça me fait rire. Là où je ris un peu moins, c’est lorsqu’une chaussure arrive pour bouleverser mon plaisir. Elle n’a qu’un but, abréger ma pauvre vie. Moi qui n’ai rien demander à personne. Je voulais simplement m’amuser un peu. Tant pis pour les individus sans humour, je préfère les laisser de côté, et tenter de sauver ma peau tant qu’il en ai encore tant.


Soudain, changement de programme, une avalanche de chaussures se met à ma poursuite. Je suis à bout de souffle ! Finalement, cela tombe bien, figurez-vous que depuis quelque temps je n’avais plus la possibilité de faire du sport. Un peu de course à pieds, ne peut pas me faire de mal. Il se trouve que j’ai quelques kilos à perdre !

 

Toutes les chaussures se jètent sur la pauvre Razemotte.

 

« Mais enfin, que m’arrives-t-il pour que tout le monde me déteste autant ? Je ne suis pourtant qu’une simple petite guêpe ne comprends pas pourquoi tant de haine envers moi!  »

 

Soudain, un homme passe par là. Cet individu n’est pas comme les autres. Il comprend le langage animal. Il peu même les interpréter.

 

Quand tout à coup, il entend Razemotte se plaindre. Il se dirige vers elle, et lui demande: «Eh bien ma petite Razemotte, que t’arrives-t-il ?»

 

« Oh mais tu comprends ce que je dis ? »

 

«  Oui bien sûr ! Je suis traducteur de langage d’animaux. »

 

« Hourra les amis ! Je suis sauvée, je ne suis plus seule au monde. J’ai enfin trouvé une personne qui parle le même langage que moi. »

 

La petite Razemotte est rassurée et contente. Elle se sent enfin comprise. Le monde ne lui sera plus indifférent, on ne l‘ignorera peut-être plus.

 

Histoire écrite par Sophie Rabussier

Tous droits réservés

2010

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'enfant
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:00

L’étoile filante

 

 

Du haut de son nuage, Alexandre rêve souvent au métier qu’il ferait en étant grand.

 

-  Plus tard, je serais astronaute, je voyagerai dans l’espace. »

 

Le lendemain, il veut être vétérinaire. Alexandre se pose pleins de questions. Pour son anniversaire, il reçoit une lunette astronomique. Il aime regarder dans l’espace. Quand soudain, une étoile filante passe dans le ciel. Elle brille tellement, qu’il est difficile de la regarder sans en être éblouie. Tout à coup, le voilà qui s’écrie: «Ça y est, j’ai trouvé! Plus tard, je serais astronaute. Comme cela, j’apprendrais à connaître les étoiles.» 

Très excité, il ne tient plus en place. Alexandre n’a plus qu’une chose en tête, découvrir le monde des étoiles.

 

- Peut-être aurais-je la mienne un jour. 

 

Sa maman et son papa ont découvert sa passion. Sans cesse, ils lui cherchent de nouveaux documents. La curiosité du petit Alexandre, grandi jour en jour.

 

Quand soudain, il  n’en croit pas ses yeux. Son rêve le  plus cher est sur le point de se réaliser.  Un jour qu’il se promenait avec ses parents, un monsieur se dirige vers lui, et lui demande:

 

- J’ai entendu dire que tu rêvais de devenir astronaute ? 

 

-  Oh oui, et depuis tout petit !

- Si tu veux, ton rêve peut devenir réel. Pour cela, il te suffit te venir avec moi. Je te montrerai comme cela fonctionne.

 

Tout le monde monte dans la fusée avec Alexandre et  l’astronaute. En route pour une petite promenade dans l’espace.

Alexandre reste sans voix. Une fois arrivée dans l’espace,  il n’a pas assez de ses deux yeux pour tout voir.

Il ne sait plus où regarder tant il y a de belles choses.    

 

La lune  semble si grosse qu’elle fait paraître Alexandre minuscule.

 

- Elle est grosse la lune, maman !.

 

- Quand on la voit de loin , elle est si petite !. 

 

- Oui, c’est normale,  parce que sur la terre, on  voit les objets et toutes ces choses sont vues à l’œil nu !.

 

Alexandre est fier  et heureux d’avoir eu son rêve de réaliser. Il a pu voir la lune de près.

 

 

Histoire écrite par Sophie Rabussier

Tous droits réservés

2011 

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'enfant
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 00:00

Le dentier de mamy

 

 

Un matin, mamy se lève et comme d’habitude, son premier geste, mettre son dentier. Impossible, il ne veut rien savoir. Il ne rentre pas dans sa bouche. Le voilà qui se promène, et ne fait que claquer. Tout au long de la journée, on entend: «Clac !», « Clac ! ». Monsieur le dentier s’amuse. Comme, il s’obstine à ne pas revenir, mamy lui demande: «Pourquoi ne veux-tu  pas rentrer dans ma bouche ? »

 

Sans dentier, mamy parle très mal. On la comprend difficilement.

 

« Je ne reviendrais pas tant que tu ne m’auras pas fais ma , toilette. »

 

« Oh là, là, quelle chochotte ! »

 

«  J’aime bien être propre, moi ! »

 

«  Ce n’est pas de ma faute ! »

 

«  Et puis, j’en ai assez ! »

 

«  Je veux voir autre chose que  des dents, des langues, des bouches.  La mauvaise haleine, les caries, les hauts de cœurs, je subis tout cela moi. Tu ne peux pas te rendre compte, tu ne sais pas ce que c’est toi !

 

« Il faut dire que nous n’avons pas le même âge ! »

 

« Je suis beaucoup plus jeune que toi ! »

 

Etonnée du comportement du dentier, elle lui dit: « Oh, eh un petit de respect s’il te plait ! Je te rappelle tout de même que sans moi, tu n’es rien ! »

 

« Oui, je sais bien ! Je n’ai plus vingt ans, tu n’arrêtes pas de me le dire. Si je ne m’en souviens pas, c’est vraiment que je ne le veux pas ! »    

 

« Croquer dans un bonbon, sans moi, c’est fini ! »

 

Mamy réfléchi un instant, et dit: «En plus, tu as raison, les bonbons, c’est tellement bon !  » 

 

« Ah, là je dois avouer que tu as raison. J’aurais du mal à me passer de ce délicieux goût, qui me chatouille le palais, et cette délicieuse odeur qui m’envahi les narines. »

 

« Des bonbons, j’en veux encore et toujours ! »

 

« Attention, Monsieur le dentier, vous délirez ! »

 

« Il faut manger des bonbons avec modération, sinon on peut avoir des caries. »

 

«  Non ! Je ne suis pas d’accord avec toi. Si tu te brosses les dents trois fois par jours, tu n’as aucun problème. »

 

«  C’est tout de même quelque chose que tu as toujours raison ! » 

 

Histoire écrite par Sophie Rabussier 

Tous droits réservés

2011

 

 

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'enfant
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 00:00

Jeff le cuisinier

 

C’est l’histoire d’un petit cochon qui s’appelle Jeff. Depuis tout petit il n’a qu’un rêve, devenir cuisinier. Il est très doué pour la cuisine. Les repas, il n’en a préparé uniquement qu’aux amis, et la famille. Dans l’avenir, il ne compte pas en rester là. Il aimerait bien, ouvrir un restaurant. Mais pour le début, il va vous faire goûter sa nouvelle cuisine.

« Aujourd’hui, je vais vous faire un poulet. »

 

Jeff prend le poulet, l’arrange avec des aromates, des tomates qu’il arrange  à la perfection, Jeff s’en donne à cœur joie. Les couteaux, les poêles, les saladiers tout bougeait dans la cuisine de « Jeff le cuisinier »

« Bon aujourd’hui, ce n’est pas le moment de faiblir mes amis »  dit-il aux couverts. 

« Nous recevons le prince et la princesse Tartausse »

Le voilà qui s’active dans la cuisine, à préparer le repas. C’est un jour exceptionnel aujourd’hui. Il a le trac, ce n’est pas tous les jours que l’on reçoit le prince et la princesse Tartausse. Tout   dois être parfait. Jeff a le trac, c’est la première fois pour lui, qu’il reçoit des personnalités dans son restaurant.

 

« Oh, là, là, j’ai le trac, c’est la première fois que je reçois des personnalités. Je joue l’avenir de mon restaurant.  »  

L’heure avance. Quand soudain, on frappe à la porte: «Toc, toc » 

« Oui, entrez ! »

 

Les invités sont là, Jeff ne peut plus reculer. Il panique. Rien n’est encore prêt, il reste encore beaucoup de travail. Quand soudain, Jeff entend du bruit dans la cuisine. Les couverts s’agitent, le poulet s’envole et les légumes s’épluchent tous seuls. En un minimum de temps, un repas succulent est prêt. Jeff  n’en revient pas. La situation est saine et sauve. Un repas succulent, attend les invités.

Les invités arrivent, Jeff fait passer tout le monde à table. En entrée, il y avait une chiffonnade de parme au gorgonzola. En plat principal, du jambon au chablis les attendaient avec un gratin de pommes de terre et pour finir en dessert une délicieuse forêt noire. Jeff est ravi, pour le moment, tout se passe à merveille. Le prince et la princesse sont ravis. Quand soudain la princesse croque un morceau de forêt noire et malheur. Elle se casse une dent. La pauvre princesse perd une dent dans la forêt noire. Le prince n’en revient pas. 

« Je ne comprends pas, je pensais qu’à mon âge, j’avais perdu toutes mes dents ! »  

 

Histoire écrite par Sophie Rabussier

Tous droits réservés

2012

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'enfant
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 00:00

Le petit bonhomme en pain d’épices

 

 

Il était une fois, un pays où vivait un petit bonhomme en pain d’épice.  En entrant chez lui,  une délicieuse odeur de miel chaud nous chatouillait les narines. Sa maison, était constamment remplie de monde. Il n’était jamais seul, il adorait ça. 

 

Toutefois, un peu de solitude de temps, ne serait pas fait pour lui déplaire. Il ne pouvait plus créé, ni imaginer de nouvelles fabrications. L’imagination lui manquait.

 

Le petit bonhomme en pain d’épices, avait énormément de volonté et de suite dans les idées. Quand une idée le tenait, il n’abandonnait pas de si tôt. Voyant que rien ne venait pour le moment, il décide d’aller se coucher.

« Bon, eh bien puisque aucune idée ne vient, je vais aller me coucher. Je ne perdrais ainsi pas de temps, et peut-être que demain elles me viendront plus facilement. »

 

Quand tout à coup, alors que le silence régnait dans la maison, un bruit fracassant retenti.

« Tiens, que se passe-t-il ? »

« je vais aller voir »

 

A peine arriver, il découvre le spectacle. Des casseroles volaient dans toute la pièce. Il fallait faire très attention pour ne pas en prendre une en pleine face, quand on arrivait.

« Je ne comprends pas, je me souviens les avoir ranger. Je sais que je prends de l’âge, mais pas au point de perdre la mémoire ! »

Le petit bonhomme en pain d’épices voulait comprendre. C’est alors qu’il décide de se cacher, afin de découvrir ce qu’il pouvait se passer pendant son absence.

N’entendant plus aucun bruit, mesdames les casseroles ressortent, heureuses d’être enfin seules. Elles se mettent à danser. La folie battait son plein dans la pièce, quand soudain les couverts qui s’ennuyaient arrivent et se mêlent à la fête. 

 

Soudain, entendant tout ce vacarme, monsieur le pain d’épices entre dans la pièce, et dit:

« Eh bien que se passe-t-il ici ? »

« On ne s’entend même plus cuisiner ? »

Tout le monde tremblait, fini la rigolade. Le chef était de retour !

Les couverts retournent dans leur tiroir, et le calme règne de nouveau dans la maison.            

 

 

Histoire écrite par Sophie Rabussier 

Tous droits réservés

2011     

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'enfant
commenter cet article

Présentation

  • : Les petites histoires de Sophie
  • Les petites histoires de Sophie
  • : Une histoire par jour pour vos enfants
  • Contact

Bienvenue

    

 

 

 

Bonne visite dans mon blog

 

 

Les Petites Histoires de Sophie

amour-anime pt-18

Recherche

Du nouveau dans le blog des petites histoires de Sophie !

Vous avez envie d'une histoire ?  Alors venez m'écouter dans mon nouveau site " myspace"


https://new.myspace.com/sophierabussier