Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 08:19

Mémé et son grand chapeau

 

création/animation d'Alice : on verra quand tu auras mon âge

Un matin, il fait un beau soleil. La température est si chaude, qu’il n’est pas recommandé de sortir sans chapeau. Mémé ne veut rien entendre, elle veut aller se promener. Elle sort, l’air est irrespirable Il fait encore trop chaud pour une promenade. Le soleil est brûlant. Déçue, mémé repart dans sa maison. Deux heures plus tard, elle pense toujours à la promenade loupée dû à la chaleur.

 

« Je vais faire cette promenade aujourd’hui ! Foi de mémé »

C’est alors qu’elle part dans sa chambre. On ne la voit plus pendant deux heures. Quand soudain, elle réapparaît toute pimpante.

« Ça Y est ! Je suis prête pour une longue marche. »

Sa canne à la main et mémé part se promener clopin, clopant.

 

La promenade à peine commencée, elle avait déjà chaud.

« Oh, là ce que j’ai chaud ! »

« Je ne pensais pas qu’il faisait une chaleur pareil ! »

« Si j’avais su, je ne serais pas sorti ! »

«  Je vais mettre mon chapeau, j’aurais peut-être un peu moins chaud. »

Mémé commence à déballer son grand sac, il y avait beaucoup de choses. Bien souvent inutiles.

Elle trouvait de tout, sauf le chapeau. Le chapeau de mémé, demeurait introuvable.

« Je ne comprends pas, pourtant je me souviens l’avoir rangé hier dans ce grand sac. Je sais que je ne suis plus très jeune, mais pas encore à perdre la tête ! »

 

Quand soudain, on aperçoit Madame la Taupe qui sort de sa taupinière, en tendant un chapeau.

La voilà qui demande: «Bonjour, je m’excuse de vous dérangez, mais ne serait-ce pas cela que vous chercher ? »

« Oh, saperlipopette elle à profiter que j’avais le dos tourner pour me chaparder mon chapeau. »

« Pas du tout, ma chère ! Mais figurez-vous que vous vous étiez endormie, et il s’est envolé jusque chez moi. Voilà la vraie raison ! »

« Vous aviez posé votre parterre, le temps de fermer la porte. Le vent s’est mis à souffler si fort, que votre chapeau s’est envolé ! »

«Oh, je vous demande pardon. Veuillez croire en mes plus plates excuses, très chère ! »

« Vos excuses sont acceptées chère amie ! Mais la prochaine fois, veuillez surveiller vos propos ! »

 

Histoire écrite par Sophie Rabussier

Tous droits réservés

2010

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'été
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 21:46

La tente s’envole

 

Un jour, alors que Léa se préparait pour partir en vacances, les valises étaient prêtes, tout était chargé. La voilà partie pour une semaine de camping. Quelques temps plus tard, après un long trajet, elle arrive enfin. Léa est très fatiguée. Elle décide de monter sa tente le plus rapidement possible, afin de profiter au maximum de ses vacances. Tout ne se déroulait pas aussi facilement que prévu. La tente se trouvait sous les bagages il fallait tout décharger. Le repos serait pour plus tard. Léa se dirige péniblement vers la voiture. Où se trouvaient les piquets de tente ?

Léa était toutefois très fatiguée. Elle ne se sentait pas la force de chercher les piquets de tente, toute la soirée. Ils attendront demain. Elle n‘en peut plus, impossible pour elle de remuer un seul membre.

Léa sort tout de même un duvet, et s’installe confortablement dans la voiture.

Dès l’aube, la fraîcheur de la rosée la réveille.

« Oh là, là, ce qu’il fait froid! »

« Dépêchons-nous de monter la tente. Je ne repasse pas une seconde nuit dans la voiture. »

 

Léa n’en n’était pas à ses premières vacances en camping, elle était organisée. Elle sort les piquets, le marteau, la toile tente et commence à enfoncer un des piquets dans la terre. Elle est très dure. Après quelques heures de patience, La tente est enfin montée. A peine quelques minutes plus tard, Léa est endormie. Soudain, alors que Léa dormait profondément, une violente tempête arrive. Le camping entier est dévasté par le vent. Léa se retrouve sans sa tente, la pauvre dormait dehors au froid.

Elle est saisit par le froid. Léa se lève, encore dans un semi sommeil. Impossible de rattraper la tente, elle s’était envolée.

« Mais où vais-je dormir ? »

La seule solution, c’est la voiture. Mais où sont les clés, elle fouille dans toutes ses poches. Et eurêka, elles les trouvent dans son sac à main.

 

« Une seconde nuit dans la voiture, ne m’enchante pas. »

Le camping entier était ravagé par le vent. Il fallait cependant reloger tout le monde.

Quelques mètres plus loin, se trouvaient un second camping. Les voilà partis emménager dans un mobile- home.

Histoire écrite par Sophie Rabussier

Tous droits réservés

2010

 

 

Repost 0
Published by Rabussier Sophie - dans histoires d'été
commenter cet article

Présentation

  • : Les petites histoires de Sophie
  • Les petites histoires de Sophie
  • : Une histoire par jour pour vos enfants
  • Contact

Bienvenue

    

 

 

 

Bonne visite dans mon blog

 

 

Les Petites Histoires de Sophie

amour-anime pt-18

Recherche

Du nouveau dans le blog des petites histoires de Sophie !

Vous avez envie d'une histoire ?  Alors venez m'écouter dans mon nouveau site " myspace"


https://new.myspace.com/sophierabussier